Proportionnellement, les cambrioleurs forcent plus souvent une porte plutôt qu’une fenêtre. Seuls 8% d’entre eux combinent les modes d’effraction, à l’instar de l’escalade suivie d’une vitre cassée.

Vaut-il mieux acheter une porte blindée ou mettre des barreaux aux fenêtres pour éviter les cambriolages ? Les proportions des procédés utilisés pour entrer, voire tenter d’entrer, au sein d’un logement, ont été estimées par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) en partenariat avec l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

Résultats ? Environ 90% des victimes de cambriolages ou de tentatives ont révélé que les malfaiteurs avaient employé un procédé unique. En tête du classement : l’effraction d’une porte dans 54,2% des cas. Si ce mode opératoire est le plus exploité, le bris d’une fenêtre connaît une «augmentation significative», selon l’ONDRP, passant d’environ 19% entre 2007 et 2010 à plus de 22% entre 2011 et 2013. Viennent ensuite l’escalade (11,1%) et l’utilisation d’une fausse clé ou d’une clé soutirée illégalement (2,6%). L’effraction unique par la porte est davantage utilisée dans le cadre d’un cambriolage d’un appartement (71,6%) que d’une maison (45,1%).