La gendarmerie nationale dispose désormais d’une division spécialisée dans l'analyse prédictive de la délinquance...

Cambriolages, vols, trafics de stupéfiants, agressions sexuelles… Le Service central du renseignement criminel (SCRC) de la gendarmerie nationale dispose d'une division spécialisée dans l'analyse prédictive.

A partir des statistiques recensées durant les 5 dernières années, les experts se sont dotés d’algorithmes capables de pronostiquer les délits dans l’espace et dans le temps.

Ces algorithmes sont écrits à partir des statistiques extraites de différentes bases de données, dont celle de l’Insee, de la météo nationale, etc. Elles sont ensuite croisées par une intelligence artificielle, capable d’auto-améliorer ces recoupements.

Les méthodes prédictives sont fréquemment utilisées aux Etats-Unis où le logiciel le plus connu (Predpol) est en service dans plusieurs états, dont la Californie. Les policiers reçoivent en direct les « indications de prédictions » sur les ordinateurs équipant leurs véhicules. Ils patrouillent ensuite dans les zones à surveiller en priorité. Les polices allemandes et italiennes utilisent aussi le même genre de logiciel.

En France, les indications prédictives sont uniquement transmises aux chefs de service. A eux de les utiliser comme une aide à la décision.

Pour être efficaces, les outils de prédiction doivent trier un grand nombre de données. C’est dans la lutte contre les cambriolages, les agressions sexuelles, les trafics de stupéfiants ou encore le terrorisme (algorithmes supervisés) qu’ils semblent promis à un bel avenir.

Avec le N°1
de la télésurveillance
en France(1)

Etre rappelé(e) au

Numéro utilisé uniquement pour présenter nos offres. Plus d'informations