Avec 568.000 ménages touchés en 2014, le nombre des victimes est au plus haut depuis 2006.

L’enquête de « victimation » publiée par l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP) mesure avec précision le nombre des victimes de cambriolages.

Elle permet de connaître les faits de délinquance, dont les ménages et leurs membres ont été victimes dans les deux années précédant l'enquête, que ces faits aient fait l’objet d’un dépôt de plainte ou pas.

En 2014, les cambriolages ont touché 2% de l’ensemble des ménages

Réalisé auprès de 15.484 ménages (1), le rapport 2015 porte sur des faits subis en 2014. Il révèle que 568.000 ménages ont été victimes d’un cambriolage dans leur résidence principale en 2014. Ils représentent 2% de l’ensemble des ménages « ordinaires » de France métropolitaine.

Principal enseignement de cette étude : selon l’ONDRP, le nombre de ménages victimes de cambriolages ou de tentatives de cambriolage visant leur résidence principale n’a pas baissé en 2014 : il se situe même à son niveau le plus haut depuis 2006.

Vols avec effraction et sentiment d’insécurité : une situation qui se dégrade

Le nombre des cambriolages a peu évolué sur quatre ans puisqu’il a été successivement évalué à 542.000 en 2011, 531.000 en 2012 et 520.000 en 2013.

Fait inquiétant, la dégradation de la situation est constante puisqu'entre 2006 et 2009, les cambriolages recensés ne dépassaient pas 410.000 (en moyenne annuelle).

Autre enseignement du rapport 2015 de l’ONDRP : la fréquence du sentiment d'insécurité ne progresse plus, mais reste élevée si on la compare aux valeurs observées à la fin des années 2000.

(1) Cette enquête qui porte sur les cambriolages, les vols ou dégradations de véhicules ou du logement, est réalisée par l’INSEE.

Avec le N°1
de la télésurveillance
en France(1)

Etre rappelé(e) au

Numéro utilisé uniquement pour présenter nos offres. Plus d'informations